NORMAND Adrien See the English profil sheet English (EN)

image-profil
  • NORMAND Adrien
  • Statut : Chargé(e) de recherche
  • Équipe : OCS
  • Fonction : Chercheurs et enseignants chercheurs
  • Tags : Catalyse, Chimie de Coordination, Chimie Organométallique, Chimie de Synthèse
  • ORCID : 0000-0002-8047-9386
  • Adresse :

    ICMUB Institut de Chimie Moléculaire de l'Université de Bourgogne
    Bât. MIRANDE - Aille B - Bureau B210
    9 Avenue Alain Savary
    21000 Dijon – France

  • Tél : +33 380 396 880
  • adrien.normand@u-bourgogne.fr

2016 : Chargé de recherche CNRS à l’ICMUB.
2012-2016 : Postdoc-ATER, Université de Bourgogne (Pr P. Le Gendre) et Université de Münster (Pr G. Erker).
2009-2012 : Chargé de mission scientifique (programmes « chimie durable »), Agence Nationale de la Recherche (Pr P. Cognet).
2008-2009 : Postdoc, Université d’Ottawa (Pr D. Fogg).
2007-2008 : Postdoc industriel, Sanofi-Aventis (P. Mailliet), Vitry-sur-Seine.
2007 : PhD in chemistry, Cardiff University (Pr K. J. Cavell).

Je m’intéresse à la chimie des métaux de transition et des éléments du groupe principal (titane et phosphore notamment). Les projets que je développe et/ou auxquels je participe mettent l’accent sur :

  •   La synthèse et la caractérisation de nouvelles espèces organométalliques.
  •   Les questions relatives à la nature des interactions métal-ligands : liens expérience / théorie, implications épistémologiques (qu’est-ce qu’une liaison chimique ?).
  •   L’étude de la réactivité des espèces synthétisées, notamment pour l’activation de petites molécules (H2, CO2, P4).

  Les applications en catalyse.

Projets en cours :

Avec P. Le Gendre (ICMUB) et G. Erker (WWU Münster), nous étudions les propriétés de cations Cp2Ti+ ou Cp2Zr+ stabilisés par un ligand phosphure (PR2-) ou amidure (NR2-). Ces complexes réunissent un acide et une base de Lewis au sein d’une même molécule, ce qui leur permet d’activer des substrats organiques (H2, CO2…)de manière coopérative (coopérativité acide-base).

normand adrien fig01

Ces recherches ont montré que la liaison Ti-P pouvait être rompue de manière homolytique pour générer un métalloradical Ti(III) et un radical phosphinyle PR2. Nous souhaitons maintenant exploiter cette réactivité et préparer des catalyseurs diradicalaires pouvant agir de manière coopérative (coopérativité radicalaire). Pour cela nous développons de nouveaux ligands à même de stabiliser ces espèces réactives.

normand adrien fig02

D’autres projets sont en cours, notamment :

  • Avec P. Le Gendre (ICMUB), S. Dagorne (Unistra) et A. Auffrant (Ecole polytechnique) sur les applications catalytiques de complexes de ligands « phosphasalènes ».

Avec M. Iglesias Alonso (Universidad de Zaragoza) sur la chimie de coordination des complexes de type « oléfines N-hétérocycliques » de Ti et Zr.

“Direct P-functionalization of azobenzene by a cationic phosphidozirconocene complexA. T. Normand*, C. G. Daniliuc, G. Kehr, P. Le Gendre and G. Erker, Dalton Trans., 2016, 3711-3714.

“Phosphido- and amidozirconocene cation-based frustrated Lewis pair chemistry” A. T. Normand, C. G. Daniliuc, B. Wibbeling, G. Kehr, P. Le Gendre* and G. Erker*, J. Am. Chem. Soc., 2015 , 137, 10796-10808 .

Titanium imido complexes stabilised by bis(iminophosphoranyl)methanide ligands: the influence of N-substituents on solution dynamics and reactivityA. T. Normand, A. Massard, P. Richard, C. Canovas, C. Balan, M. Picquet, A. Auffrant* and P. Le Gendre*, Dalton Trans., 2014, 15098-15110.

N-heterocyclic carbenes bearing two, one and no nitrogen atoms at the ylidene carbon: insight from theoretical calculationsA. A. Tukov, A. T. Normand* and M. S. Nechaev*, Dalton Trans., 2009, 7015-7028.

Mechanisms in the reaction of palladium(II)–π-allyl complexes with aryl halides: evidence for NHC exchange between two palladium complexes A. T. Normand, M. S. Nechaev* and K. J. Cavell*, Chem. Eur. J., 2009, 15, 7063-7073.

Je suis un chimiste de synthèse, organicien de formation. J’ai graduellement orienté mes recherches vers la chimie de coordination. Mon « cœur de métier » est la manipulation d’espèces sensibles aux conditions du laboratoire (oxygène, eau, rayonnement lumineux, chaleur), y compris les composés pyrophoriques : phosphore blanc (P4), silane (SiH4), triméthylaluminium pur et autres.

Je suis l’un des rares chimistes en Europe à maîtriser la conversion allotropique du phosphore rapportée pour la première fois par Baker à la fin du XIXe siècle. Pour une adaptation de cette procédure, voir notre article (Chem. Sci. 2021, 12, 253).

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : la procédure résumée ci-dessous est présentée aux fins d’illustration uniquement, voir le texte complet de la publication avec l’évaluation des dangers

image 1   image 2
 Step 1: beginning of thermolysis. The heatgun is placed underneath the pile of red phosphorus. Note that the Schlenk tube is placed under static vacuum and lubricated with Apiezon H grease.    Step 2: after a few minutes, white phosphorus condenses on the cooler parts of the Schlenk tube. The heatgun is progressively moved towards the bottom end of the tube (right).
     
 Step 3: after cooling and transfer in the glovebox, the Schlenk tube is scraped and the solids are extracted with CH2Cl2 in an ordinary Schlenk flask lubricated with Dow Corning Si grease.    Step 4: after overnight extraction, the solids are filtered over a grade 4 glass frit in the glovebox. Note that for this batch, residual lumps of P4 can be observed. A second extraction was necessary in order to completely separate P4 from red phosphorus.
     
Step 5: the CH2Cl2 solution is evaporated to dryness with a vacuum line.   Step 6: finely divided P4 is obtained after collection in the glovebox.
     
Step 7: residues of P4 are burned under a flow of air. Note that this step is performed with the sash of the fumehood completely lowered, in order to protect the operator from toxic PxOy fumes. A larger metal pan may also be used as a protection from airborne burning P4 particles if required. The glassware may then be cleaned with water and cleaning powder.   Step 8: the Schlenk tube can now be cleaned safely.